Test Anaca 3 : crème minceur spécial ventre

Anaca 3 spécial ventre

Bonjour mes Sweeties !

Nouveau crash test cette semaine avec la marque Anaca 3 cosmétique.

Petit topo sur mon état et ma motivation :

Pour tout dire, comme j’ai été très malade l’an dernier suite à un pic dans ma maladie (la fibromyalgie : article ici), j’ai pris 7kg que j’essaie de perdre tranquillement, mais sûrement.

En tant que gourmet gourmande, il était hors de question que je me prive. À noter que je ne me sens pas particulièrement mal dans ma peau avec ce poids supplémentaire et qu’il ne s’agit pas là d’une course vers la minceur. Je souhaite seulement rentrer à nouveau dans ma collection de robes (Oui, on peut appeler ça une collection, car j’en ai plus de 30 – il y en a qui aiment les sacs, d’autres les chaussures… Moi, je préfère être les pieds nus avec une jolie robe ).

Du coup, depuis le 10 janvier, je fais le « jeûne intermittent ». C’est-à-dire que je mange de 12h à 19h, ce qui me fait un jeûne de 16h. L’idée est aussi de booster mon organisme pour combattre mes douleurs. Mais, pour le coup, je mange tout ce que je veux midi et soir, et j’ai déjà perdu 3kg. À côté de cela, je continue ma pratique du yoga avec un peu de marche (ce que le confinement me permet).

Toutefois, j’avais envie d’un petit coup de pouce au niveau de ma ceinture abdominale. Les massages fonctionnant très bien sur moi, je me suis dit qu’une crème pourrait m’aider un peu. Et boum, j’ai vu passer en test, la crème minceur Anaca 3 spécial ventre et je m’y suis inscrite. Je les remercie d’ailleurs de m’avoir choisi, afin de me permettre d’éliminer ce qu’il y a à éliminer pour que je puisse me glisser à nouveau dans mes petites robes adorées. Et vous offrir, à vous, l’opportunité d’un avis « vrai ».

Il faut dire que la promesse est alléchante : un amincissement moyen de – 4,1 cm au niveau du ventre et un amincissement dans 100% des cas testés. Nous verrons donc ce que cela donne sur moi à travers cet article qui va donc correspondre à un suivi, réactualisé semaine après semaine.

Crème minceur spécial ventre, Acana 3 Cosmétique :

Anaca 3 spécial ventre

Produit offert par Anaca 3

Avis sur le packaging : il s’agit d’un tube à clapet qui permet une bonne prise en main. Le produit s’y trouvant étant un peu épais, il est très facile de doser la bonne quantité. Le tube orange évoque la couleur de la marque et apporte une touche très vitaminée qui correspond bien à l’idée d’un « passage à l’action » dans la démarche d’une perte de poids ou d’une perte centimétrique. 

Sensorialité et texture : cette crème à une odeur vraiment très légère ce qui la rend très agréable. Elle est un peu épaisse et s’étale bien.

Efficacité : comme vous pourrez l’observer plus loin dans l’article, j’ai en effet perdu en centimètres. Alors oui, cette crème tient ses promesses.

Les plus : La peau absorbe vite la crème, ce qui est très pratique car l’étape de l’application est rapide et l’on peut vite enfiler ses vêtements par la suite. La crème se répartie très bien. De ce fait, il est inutile d’en mettre beaucoup. Enfin, elle est fabriquée en France.

Les moins : j’aurais aimé une explication dans la façon de procéder au massage. La marque parle d’une application, mais comment? Pour ma part, je prends l’équivalent d’une noisette que j’étale entre mes deux mains et que j’applique ensuite sur mon ventre. Puis, je fais une sorte de massage circulaire.

Application : sur mains propres et sèches, appliquer 2 fois par jour sur les zones concernées jusqu’à pénétration complète, pendant 8 semaines. Se laver les mains après utilisation. 

Pour qui : pour les personnes qui souhaitent perdre quelques centimètres de tour de taille pour se sentir plus à l’aise dans leurs vêtements.

Conseil : faire un test sur une petite zone avant emploi.

Liens marchands :

Lien vers le site

Lien vers le produit

Par ailleurs, la marque Anaca 3 se trouve en pharmacie. Sachez qu’en passant par le site la livraison est gratuite et il y a une garantie « satisfait ou remboursé » ce qui est assez épatant, je trouve. De plus, la marque propose des coaching offerts (voir sur leur site).

Contenance : 200 ml (volume net 150 ml)

Prix : 29.90 € 

Bilan du test Anaca 3

Bilan après 15 jours de test matin et soir : j’ai perdu 1,8 cm de tour de ventre ! – pour être très précise.

Le fait de faire des massages matin et soir a comme « raffermi » ma peau dans cette zone. J’ai aussi d’avantage conscience de mon ventre. Peut-être que cela joue un rôle de manière inconsciente sur mon tour de taille. Mais je ne saurais pas dire ce qui fonctionne vraiment : la crème, l’action, la conscience ou l’inconscient ? Peut-être qu’il s’agit d’un tout ?

Je n’ai pas fait de régime durant cette période de 15 jours. Bien au contraire, car avec le confidemment, vous avez dû voir passer, si vous me suivez sur Instagram, les bons petits plats que j’ai pu préparer (hamburger maison, pizza au barbecue, tapas…), j’ai même fini par mettre en pause ces 4 derniers jours mon jeûne de 16h dont je vous parlais plus haut. Donc, c’est vrai que d’avoir perdu malgré tout en tour de taille m’impressionne un peu. Du coup je suis sérieusement entrain de m’intéresser un peu plus aux autres produits proposés par cette marque. Je vais donc poursuivre ce test et vous donner au fil du temps mes résultats en réactualisant ponctuellement cet article. Nous en avons donc pour 8 semaines en tout et pour tout.

Me revoici après 34 jours d’utilisation soit à peu près la moitié du programme :

Bon alors les résultats ne sont plus aussi exceptionnels qu’au tout début. Car j’ai fait, entre temps, une intoxication alimentaire. Et au final j’ai repris tout ce que j’avais perdu. Donc je repars pour ainsi dire à zéro avec ce produit. Mais je persévère… affaire à suivre donc.

A bientôt.

Test de la marque Luxéol Cosmétique

shampooing et après shampooing Luxéol Cheveux secs et cassants

Bon Jour !

Me revoici avec le crash test de deux produits capillaire de la marque Luxéol cosmétique.
J’étais très curieuse de tester cette marque Française, d’autant qu’elle a été élue au Victoire de la Beauté 2019-2020. Et je remercie @Luxéol et @Hivency pour avoir répondu favorablement à ma curiosité en m’envoyant les produits convoités. De quoi me refaire une santé capillaire, mais surtout de me permettre de vous donner mon avis vrai et sans détour.

Il faut dire que dernièrement mes cheveux me faisaient l’effet d’une botte de paille. J’ai donc opté pour le shampooing et l’après-shampooing pour cheveux secs, abîmé et cassants. Le but de ces deux produits étant de : nourrir, réparer, protéger. Mais évidemment, la gamme est bien plus large et s’adresse à d’autres types de problèmes capillaires.

Le shampooing réparateur Luxéol Cosmétique :

Shampooing Luxéol cheveux secs et cassants

Niveau shampooing et au fil des années, je suis parvenue à espacer les applications. Auparavant, j’en étais à 4 shampooings par semaine. Mes cheveux regraissaient très vite et aujourd’hui ils sont secs et cassants. Désormais, j’en suis à 2 shampooings par semaine, de quoi faire du « mieux » à la planète et à mon portefeuille. De fait, les produits me durent très longtemps et j’aime les choisir avec de bons ingrédients.

Avis sur le packaging : c’est un tube à clapet qui est assez classique, mais j’aime la teinte vert sombre qui habille le produit et qui évoque très bien les couleurs de la marque. L’ouverture se fait facilement.

Sensorialité : l’odeur est extrêmement agréable, ce qui m’offre sous la douche un moment de joie olfactive.

Efficacité : les cheveux sont bien lavés. Ils font, d’ailleurs, sous le doigt ce petit grincement particulier de cheveux propres. Dès le premier shampooing, j’ai trouvé que mes cheveux étaient plus faciles à coiffer, avaient plus de volume et étaient bien plus doux. L’odeur délicieuse du shampooing reste quelques temps sur cheveux secs et ça j’aime beaucoup.

Les plus : le produit est noté comme « Bon » sur l’application Yuka et j’aime savoir qu’il y a de la Kératine au beurre de Karité et de la Provitamine B5 dans ce shampooing. 

Les moins : je trouve qu’il ne mousse pas beaucoup et de ce fait se répartit assez mal.

Application : selon le vendeur, deux à trois fois par semaine sur cheveux mouillés, masser et rincer abondamment.

Pour qui : pour les personnes avec des cheveux secs, abîmés et cassants.

Conseil : Je fais toujours deux shampooings (conseil précieux de ma belle-maman qui est coiffeuse).

Liens marchands :

https://luxeol.com/

https://luxeol.com/boutique/luxeol-shampooing-reparateur

Par ailleurs vous pouvez trouver ce produit en pharmacie.

Contenance : 200 ml

Prix : 9,90€ 

L’après-shampooing réparateur Luxéol Cosmétique :

Après-shampooing Luxéol Cheveux secs et cassants

Avis sur le packaging : là aussi, nous avons un packaging sous forme de tube à clapet très classique, mais dont les teintes s’accordent avec celle du shampooing tout en les différenciant (shampooing en vert sombre et après-shampooing en blanc). Les couleurs n’étant pas criardes, vous pouvez très bien laisser vos produits apparents. L’ouverture elle aussi se fait facilement.

Sensorialité : l’odeur est également sublime. Elle est très difficile à décrire, mais je dirais qu’elle est soyeuse, douce et enveloppante. Elle sent ce que l’on nomme communément « le propre ». Bien que cela, finalement, soit très personnel comme ressenti.

Efficacité : dès la première application, les cheveux sont bien plus nourrit. Ils sont doux au toucher et plus facile à coiffer. L’odeur se prolonge quelque temps sur cheveux secs. J’adore. 

Les plus : il est noté comme « Excellent » sur l’application Yuka. Et sa composition à l’extrait d’algue rouge a eu le mérite de beaucoup m’interroger. On retrouve là aussi du beurre de karité qui est un très bon hydratant pour cheveux. 

Les moins : je n’en ai pas trouvé pour le moment.

Application : il faut donc l’appliquer à la suite du shampooing sur cheveux rincés et essorés. Répartir sur les longueurs et notamment les pointes. Puis laisser poser 2 à 3 minutes. Puis rincer abondamment.

Pour qui : pour les personnes avec des cheveux secs, abîmés et cassants.

Conseil : Vous pouvez terminer par un jet d’eau froide pour resserrer les écailles et faire briller.

Liens marchands :

https://luxeol.com/

https://luxeol.com/boutique/luxeol-apres-shampooing-reparateur

Par ailleurs vous pouvez trouver ce produit en pharmacie.

Contenance : 200 ml

Prix : 12,90€ 

Mot de la fin et petite astuce sympa :

Le bilan est positif. Je vous ferais un retour lorsque j’aurais fini les deux produits afin de voir comment évoluent l’état de mes cheveux au niveau des fourches et de l’aspect cassants. Par ailleurs, sur leur site, Luxéol propose des packs aux tarifs avantageux : https://luxeol.com/boutique/packs/

En espérant que cette article vous aura plu, je vous souhaite une excellente journée.

#produitoffertparluxeol

Tests produits – Ma routine made in France

Tests produits naturel Concentré Apaisant Anti-rougeurs Condensé Paris

Bonjour mes Sweeties,

Aujourd’hui, je vous parle de mes tests produits et plus particulièrement de mes trouvailles cosmétiques qui ont intégré ma routine beauté. Cela répond aussi à une demande de la part de certaines d’entre vous qui ont remarqué que ma peau était plus belle.

En effet, en l’espace de 6 mois, j’ai eu l’occasion de tester un très grand nombre de produits. Qui, d’ailleurs, pour la plupart ont été de véritables flops ! Mais d’autres se sont avérés être de véritables petites pépites et c’est de celles-ci dont je vais vous parler.

Ils conviendront aux peaux les plus fragiles. Et, outre le fait qu’ils soient d’une efficacité redoutable, je les ai aussi retenus pour leurs compositions, faites d’ingrédients naturels, les classant comme « Excellent » sur la très célèbre application Yuka. De quoi vendre du rêve, mais un rêve Français s’il vous plaît ! Car oui, ces petites merveilles sont Made In France. Et j’avoue que c’est toujours très plaisant de faire travailler des entreprises Françaises.

L’eau démaquillante au Géranium de Mademoiselle Saint-Germain

Tests produits naturel L'eau démaquillante Mademoiselle Saint Germain

Je suis littéralement tombée en amour avec ce produit qui a détrôné mon éternelle « eau de rose ». Bien qu’il s’agisse d’une eau démaquillante, j’ai totalement détourné sa fonction pour l’utiliser comme eau de soin. Et croyez-moi, elle est divine !

Avis sur le packaging : celui-ci, tout en verre, est extrêmement qualitatif et il s’inscrit dans une démarche « Zéro déchet » qui me parle beaucoup comme vous le savez. Plus généralement, ce produit est très beau et n’a pas besoin d’être caché dans un placard. Son flacon pompe dispense des gouttelettes tellement fines que vous aurez la sensation d’une brume délicate sur votre visage.

Sensorialité et texture : l’odeur florale est des plus agréables et assure une pause bien-être immédiate rien qu’en jouant sur l’odorat.

Les plus : cette eau au géranium Bourbon du Potager du Roi, offre toutes les vertus bénéfiques du géranium notamment son pouvoir calmant qui va atténuer les sensations d’inconfort cutané et régénérer l’épiderme. J’ai beaucoup aimé vaporiser cette douce eau florale sur mon visage. Je la trouve très rafraîchissante et la pense idéale pour une application le matin au réveil. Elle me met directement dans de bonnes dispositions pour attaquer ma journée. Un vrai moment de plaisir !

Je l’ai essayé sur un maquillage quotidien et elle tient ses promesses. Me laissant au passage une peau parfaitement douce et protégée des agressions extérieures grâce à un actif filmogène éco-conçu. Le tout sans fini gras. La contenance est importante et la vaporisation si fine que vous en aurez pour un long moment avant d’arriver à la fin du produit. Enfin, ses ingrédients sont à 93% français et à 98% d’origine naturelle.

Les moins : à l’heure actuelle, la marque ne propose malheureusement pas de format voyage et c’est typiquement un indispensable que j’aimerais emporter partout où je vais. Le transvaser dans un flacon plus petit reste possible, mais je crains que cette manipulation altère le produit.

Applications : le vendeur préconise une application matin et soir, en imbibant un coton ou en vaporisation directement sur le visage. Pour ma part, j’ai choisi cette dernière méthode et je laisse poser avant d’appliquer ma crème hydratante. Fini les cotons ou les lingettes lessivables.

Pour qui : cette eau démaquillante convient parfaitement aux peaux sensibles et réactives, et même à tous types de peau.

Conseil : je mets le flacon au réfrigérateur pour accentuer l’effet de fraîcheur. Ce sera d’ailleurs très agréable en été.

Liens marchands :

https://mademoisellesaintgermain.com/

https://mademoisellesaintgermain.com/produit/eau-demaquillante-au-geranium/

Contenance : 200 ml

Prix : 17€ 

Huile Démaquillante Velours Heliabrine

Tests produits naturel Huile Démaquillante Velours Heliabrine

Cette huile démaquillante utilise avec véracité le terme « velours ». En effet, c’est un vrai plaisir sous les doigts que d’utiliser ce produit d’une douceur tellement comparable à cette matière.

Avis sur le packaging : le packaging est assez classique et ne me semble pas particulièrement pratique, car le produit est assez « coulant ». Toutefois, sa couleur rose est, à mon sens, bien trouvée, car elle illustre toute la douceur que procure le produit.

Sensorialité et texture : j’aime l’odeur douce et légèrement sucré de cette huile démaquillante velours. La texture transparente, entre eau et huile, qui se transforme au contact de l’eau sur la peau en une émulsion lactée, présente un aspect vraiment très intéressant, et même ludique. 

Les plus : enrichi en huile de macadamia et de tournesol, ce produit hydrate, tout en protégeant le film hydrolipidique de la peau. Cette huile démaquillante est pour moi un vrai coup de cœur, car elle parvient à enlever mon eye-liner semi-permanent tout en douceur et en efficacité. J’ai essayé beaucoup de laits démaquillants, lingettes et eau micellaires auparavant et rien ne parvenait à enlever les traces de cet eye-liner.

J’avoue que ce type d’application ne me séduisait pas jusqu’ici, mais après l’avoir essayé et vu son efficacité, je suis maintenant totalement convaincue. Son fort pourcentage en ingrédients d’origine naturelle me plais énormément, car j’ai vraiment le sentiment de prendre soin de ma peau. Le fait de ne pas frotter avec un coton ou une lingette lessivable permet d’avoir une peau moins irritée à l’issue de ce nettoyage quotidien. Ma peau en ressort toute douce et au fil des applications, je la trouve de plus en plus belle.

Par ailleurs, je l’ai appliqué pour retirer un maquillage très, lourd avec faux-cils. Ces derniers sont partis avec une facilité déconcertante. Aucuns résidus de colle. Impeccable ! Un vrai petit bijou d’efficacité.

Les moins : je trouve que le packaging n’est pas adapté au produit qu’il renferme, car celui-ci s’échappe un peu trop vite à mon goût du tube. C’est assez difficile de dispenser la bonne dose de produit.

Applications : matin et soir, du bout des doigts (je fais des petits mouvements circulaires) avec un peu d’eau, puis on rince.

Pour qui : ce produit est conçu pour convenir à tous types de peaux, néanmoins pour les personnes qui comme moi on la peau très sensible, réactive et qui tiraille beaucoup, ce produit est idéal.

Conseil : le soir, quand je n’ai pas le temps, je l’utilise sous la douche ce qui me sauve quelques minutes.

Liens marchands :

https://www.heliabrine.com/

https://www.heliabrine.com/fr/produit/huile-demaquillante-velours#.Xp8kSc3gqUk

Contenance : 150 ml

Prix : 16€

Concentré Apaisant Anti-rougeurs Condensé Paris

Tests produits naturel Concentré Apaisant Anti-rougeurs Condensé ParisCet hiver, avec ma peau réactive, mon visage était rouge et me complexait beaucoup. Depuis que j’utilise le concentré apaisant anti-rougeurs de Condensé ma peau est bien moins rouge.

Sensorialité et texture : le liquide, qui semble presque doré, a une odeur si délicate qu’elle est presque neutre. Ce qui est un très bon point pour moi. Compte tenu de toutes les senteurs quotidiennes que l’on se met sur le corps et le visage. Sa texture, au touché aqueux, se répartit bien sur le visage et fond sur la peau. Elle ne laisse pas de film gras. 

Avis sur le packaging : le packaging en verre est très raffiné. Sa pipette, également en verre, dispense la juste dose pour une application total sur le visage.

Les plus : sans aucun doute son efficacité ! Savoir que je parviens à ce résultat sans maquillage ni produits néfastes pour ma peau est un vrai bonheur, car il n’y a que du bon dans ce sérum.

C’est l’extrait de Belle de Nuit qui fait baisser la réactivité cutanée de ma peau et la soulage de toutes sensations d’inconfort. L’extrait de Figue de Barbarie, quant à lui, hydrate et apaise mon épiderme.

Le site marchand mentionne une diminution de la visibilité des rougeurs de 15% mais moi, je dirais bien plus pour ce qui est de mon cas. Sa formule est à 99,33% d’origine naturelle.

Les moins : je ne lui trouve pas de point négatifs. Certain(e)s diront le prix, mais il faut tellement peu de produit à chaque utilisation que vous en aurez pour un long moment. Et le résultat, tout comme la composition en valent tellement la peine que je trouve le prix totalement justifié.

Applications : je conseillerais une application matin et soir juste avant la crème hydratante ou la crème de nuit. 

Pour qui : ce sérum convient à toutes les personnes qui ont une peau sensible et réactive avec une tendance à rougir. Attention, il n’est pas question de couperose.

Conseil : je place une goutte dans ma main, puis je l’étale sur mes deux mains, et je viens ensuite lisser mon visage en partant du centre de celui-ci, comme un petit massage délicat.

Liens marchands :

https://www.condense-paris.com/fr/

https://www.condense-paris.com/fr/peau-sensible/concentre-apaisant-anti-rougeurs-86.html

Contenance : 30 ml

Prix : 39€90

Petit tuyau sympa :

Nul besoin d’être youtubeuse ou blogueuse pour participer à des tests produits. La plupart de mes coups de cœur m’ont été adressés en test via l’excellent site Mon Vanity idéal, que je remercie et félicite au passage pour leurs choix de produits toujours si justement choisis.

Sur ce site, les sélections ne se font pas par cote de popularité. Et les inscriptions aux tests sont totalement gratuites. À noter, que ce sont des tests authentiques et pour lesquels il est crucial d’en faire un retour aussi bien positif que négatif à la marque pour que celle-ci puisse améliorer son produit. En dehors de cela, il n’y a pas la moindre obligation. D’ailleurs, personne ne m’a demandé de vous en parler ni même d’écrire un article sur le sujet ou sur les produits en question. Mais j’ai pensé que ce petit tuyau pourrait vous plaire. Donc « soyez vrai », « soyez vous », et le reste suivra.

Crédit photos : Elles sont réalisées par mes soins.

DIY : Réaliser des patchs couture !

Réalisation de patch couture - le résultat

Réaliser des patchs couture pour sauver vos vêtements avec style !

Bonjour mes adorables Sweeties,

Je reviens avec un tutoriel pour réaliser vous-même vos patchs en vu de réparer/décorer vos vêtements.

D’où m’est venue cette idée ?

pull abimé

Et bien en janvier, j’ai acheté durant les soldes, un pull, qui malheureusement m’est parvenu avec un défaut de fabrication très visible au niveau de la poitrine et des fils totalement coupés. Le vendeur me demandait de jeter ce pull et évidemment de me rembourser. Du coup ça m’a plongé dans un embarras pas possible parce qu’en soit c’était mettre à la poubelle quelque chose de neuf, même si cette chose n’était pas portable…

Du coup, je me suis dit tant pis, je le garde et je vais le customiser. Et tadam ! J’en fais profiter mes Sweeties !

Matériel pour réaliser des patchs :

Ce qui est bien avec ce tutoriel, c’est que vous pouvez réaliser vos propres patchs couture avec un peu tout ce que vous avez sous la main. Moi, j’ai pris du feutre et un drap de laine fin, mais si vous avez du tulle, c’est jouable aussi. L’idée étant d’utiliser des matières qui ne vont pas s’effilocher. De même, j’ai pris des perles, mais l’on peut aussi utiliser de la laine, du fil à broder, des strass à coller…

Dans le tutoriel qui suit, vous trouverez la manière dont j’ai réalisé mes étoiles. Libre à vous de faire d’autres formes et de suivre vos inspirations. Notez que comme toujours vos retours photos me font un grand plaisir et je vous en remercie. Enfin pour les plus flémard(s)/(es). Je vous ai également fait ce tutoriel en vidéo 😉 (voir à la fin de l’article). Elle n’est pas belle la vie ?

Fournitures pour réaliser les patchs étoiles

  • Feutre (feutrine), drap de laine
  • Perles de rocaille, et une grosse perle de type Swarovski pour faire le centre de l’étoile
  • Ciseaux
  • Fil assorti
  • Aiguille et épingles
  • Un crayon qui marque un peu sur votre feutre et/ou drap de laine
  • Un gabarit de votre étoile (réalisé par vos soins ou simplement imprimé via une imprimante)

Schéma rapide pour visualiser la méthode :

Schéma de principe expliquant la méthode et ses étapes en trois temps

Schéma de principe expliquant la méthode et ses étapes en trois temps.

Réalisation un patch :

Patchs étoiles

Étape 1 :

Par chance j’avais un morceau de feutre de la même couleur que mon pull (vestige des réalisations de bonhomme pain d’épice pour mon sapin de Noël). J’ai donc découpé une étoile en feutre de teinte caramel et une autre un peu plus grosse avec mon drap de laine fin de teinte noire en vue de rehausser la première étoile. Une fois ces deux étoiles superposées, j’enfile mon fil noir (fais un nœud à l’extrémité) et je passe par le dos de l’ensemble. Et là, je pique au centre. J’enfile ma grosse perle de Swarovski et je la fixe en faisant plusieurs allée retour entre les deux matières textiles et en passant par la dite perle. En gros, je la fixe un peu comme un bouton, mais en plus serré.

Étape 2 :

Je fais une petite couronne autour de ma grosse perle. Pour cela, j’enfile la longueur de perles suffisante pour faire le tour de cette perle et je pique. Je fixe la couronne en faisant quelques aller et retour dans les textiles en incluant à chaque fois la couronne. Pour donner plus de tenue à notre couronne, nous allons repasser notre aiguille et notre fil dans toutes les petites perles et ressortir par le dos. Hop un petit nœud.

Étape 3 :

Nous allons faire le contour de notre étoile. De la même manière que la couronne, nous allons enfiler des perles pour faire chaque longueur de notre étoile caramel. Et à chaque angle, on pique, on ressort et on repique dans le sens inverse. Et ainsi de suite. On viendra fixer notre étoile de perle de la même manière que la couronne.

Étape 4 :

Maintenant il s’agit de faire une autre couronne autour de la première couronne. Suivre le même principe.

Étape 5 :

Nous allons faire partir des traits depuis cette deuxième couronne en suivant là encore le même procédé que pour la couronne ou le pourtour de l’étoile.

Étape 6 :

Encore des traits intermédiaire de la même manière que vu plus haut…et voilà vous avez terminé votre étoile. Et vous pouvez en faire autant qu’il vous plaira.

Étape 7 :

Vous n’avez plus qu’à fixer votre ou vos étoiles. Pour cela épinglé-là à plat sur votre pull. Passer votre fil (avec nœud de fermeture à la fin – je laisse un peu de longueur pour faire un nœud plus sécurisé à la fin) par l’intérieur. Et vous allez faire des petits points à plat qui vont prendre à la fois la maille de votre pull et piquer dans votre étoile noire. Ne tirez pas trop sur votre fil pour ne pas déformer les mails de votre pull.

Dernier conseil :

Laver votre pull à la main ou en machine sur la fonction délicate.

 

La vidéo pour mieux comprendre et réaliser vos patchs couture :

J’espère que ce tutoriel vous aura plu et vous aura permis de sauver quelques-uns de vos vêtements avec style et originalité. Si vous avez aimé encourager-moi en partageant et en vous abonnant. Merci d’avance. Je vous dis à très bientôt, car je suis en préparation  d’un autre tutoriel qui devrait être bien sympa. Bisous

Je teste la lampe Wit de BenQ

La lampe Wit de BenQ en situation

Bonjour mes Sweeties,

Depuis ma vidéo concernant la conception d’un miroir lumineux, j’ai été, à de nombreuses reprises, approchée pour des demandes de partenariats. Jusqu’alors, j’ai décliné toutes les offres, car elles ne me semblaient pas suffisamment qualitatives pour vous en faire un retour et les méthodes que certaines entreprises souhaitaient que j’emploie pour vous en parler ne me satisfaisaient guère. Je suis de ces personnes qui ont besoin d’être galvanisée par un projet et d’y croire pour le porter. Et surtout de celles qui ont besoin de le décrire avec vérité.

Pourquoi avoir dit oui ?

J’ai toujours à cœur de vous proposer un contenu innovant et si possible avec un design intéressant et, cette toute nouvelle lampe Wit, l’une des premières lampes conçues pour l’e-lecture, vaut vraiment le détour. Je ne partais pas non plus à l’aveugle car je connaissais déjà la marque BenQ pour la qualité de ses vidéo-projecteurs et j’étais curieuse de voir leur gamme s’étendre à des lampes.

Mais ce qui m’a vraiment convaincue, c’est que l’on ne m’a absolument rien imposée et j’étais totalement libre de dire, sans détour, ce que je pouvais penser en bien, comme en mal de ce produit. Et ça voyez-vous, c’est très rare ce genre de choses dans l’univers des blogs et des vidéos. Ça ne pouvait donc être que oui. Une entreprise qui vous laisse une telle liberté est forcément sûre de la qualité de ce qu’elle propose. J’apprécie beaucoup cette attitude ainsi que les échanges très respectueux que j’ai pu avoir avec mon interlocuteur. Une rareté, là aussi.

Et pour être totalement transparente, ce n’est pas à proprement parler un partenariat, car je ne perçois aucun argent que ce soit de l’entreprise ou même si vous faites le choix d’acquérir l’une de ces lampes. Toutefois, ils m’ont proposé un code de réduction rien que pour vous et valable jusqu’au 11 avril 2020 (que je vous communique plus bas dans cet article). Et ça, c’est vraiment très sympa.

Voilà pour mes motivations, donc passons à la lampe en elle-même.

Réception et montage de la lampe Wit :

J’ai été impressionnée de la rapidité de réception de mon colis, mais aussi du poids de celui-ci qui faisait près de 7 kg. C’est sûre, nous ne sommes pas sur du plastique ! À l’ouverture d’un premier carton, nous nous retrouvons avec le carton d’origine qui est doté d’une poignée très pratique. La lampe s’y retrouve solidement protégée par un polystyrène moulé. La base et le corps de la lampe ne sont pas assemblés. Il vous faudra donc un petit tournevis cruciforme, mais vous verrez, c’est très facile.

Lampe Wit ouverture du colis

Les 10 points forts de la lampe Wit :

1 / Un design intelligent : technologie Smile Curve conçue pour la e-lecture

S’il est vrai que son aspect, à la fois épuré et moderne, présente un certain attrait esthétique, il ne s’agit pas d’un design dont la seule fonction est de faire du « beau ». C’est ici un design intelligent que l’on retrouve. 

En effet, la forme incurvée de la lampe, présente l’intérêt de couvrir une plus grande plage lumineuse, soit 90 cm et donc 150% de plus que les lampes traditionnelles. Cette large plage rend son éclairage homogène (500 lux à la surface du bureau) ce qui réduit considérablement l’éblouissement et les reflets gênant que l’on peut avoir habituellement sur les écrans de tablette ou d’ordinateur. Elle offre ainsi un vrai confort pour les yeux.

2 / Des LED qui n’endommagent pas les yeux

Les LED utilisées dans cette lampe sont conformes à la réglementation IEC/EN62471 sur la sécurité photo-biologique.

3 / Des matériaux éco-responsables

La tête de la Wit correspond à un alliage en aluminium léger, ceci en vue d’évacuer la chaleur que génèrent les LED. Ce qui allonge aussi leur durée de vie. Et grâce à l’alliage de zinc, « la durabilité est améliorée au-delà de 10 ans » – selon la marque BenQ.

4 / Elle possède un capteur de lumière ambiante

Ce que j’ai beaucoup aimé, et qui montre bien la haute technologie de cette lampe, c’est sa fonction de contrôle intelligent qui détecte le niveau de luminosité de votre pièce et qui, en réponse, va s’ajuster pour ne pas vous éblouir. Plus exactement, la partie éclairante de la lampe va être plus lumineuse sur les bords et plus sombre au centre de manière à justement réduire les phénomènes d’éblouissement.

5 / La qualité des matériaux

Même si j’ai été totalement surprise par le poids de la base, j’y trouve un intérêt certain dans la stabilité globale de la lampe. Celle-ci, nous l’avons vu, est faite d’aluminium et de zinc. Nous sommes donc sur de la qualité et sur une lampe faite pour s’inscrire dans le temps. Le cordon en tissu, assorti à la tête de la lampe, rend celle-ci, là aussi, très qualitative.

6 / Il n’y a pas d’interrupteur

C’est vrai que l’on voit de plus en plus cela, mais c’est toujours un plaisir de retrouver ce type de petite magie dans une lampe. Il vous suffit de toucher l’anneau chromé et votre lampe s’allume ou s’éteint.

7 / On peut faire nos propres réglages lumineux

Avec la molette qui se trouve sur la tête de la lampe, on peut choisir notre niveau d’intensité lumineuse de même que la température de couleur (2 700 K à 5 700 K) allant ainsi d’un blanc froid (pour les tâches qui demandent de la concentration) à un blanc chaud (permettant d’avoir un certain confort visuel lors des e-lecture).

8 / Elle s’articule selon notre désir

Une articulation sur bille, à la base de sa tête, permet une grande souplesse de celle-ci. Son corps, lui, peut se lever ou s’allonger, car le socle de la lampe lui offre la stabilité nécessaire.

9 / Des accessoires

Petit plus sympa, il existe des accessoires de fixation, notamment pour transformer votre lampe en lampadaire ou lampe sur pince.

Accessoires Lampe Wit

Accessoires Lampe Wit – crédit photo sur site de la marque BenQ

10 / Un choix de teintes

Nous avons tout de même une palette de 5 teintes.

Les différentes couleurs de la lampe Wit

Crédit photo sur le site de la marque BenQ

Et les points négatifs ?

Cette lampe est de loin l’une des meilleures qu’il m’ait été donné de tester. Elle tient toutes ses promesses et je n’en attendais pas moins de la marque BenQ. Je ne lui trouve pas le moindre aspect négatif.

Toutefois, et si je peux offrir un conseil professionnel à la marque, ce serait de proposer cette lampe dans une teinte entièrement blanche afin qu’elle puisse plaire au plus grand nombre et s’adapterait mieux au marché européen.

La lampe Wit pour qui ?

De part mon expérience professionnelle en tant qu’architecte d’intérieur et décoratrice, j’ai eu l’occasion de tester un bon nombre de lampes en tout genre et je peux dire que c’est typiquement une lampe que je recommanderais à mes clients, qu’ils soient professionnels ou particulier. Pour moi, elle a toutes les caractéristiques d’une excellente lampe à commencer par le confort visuel certain qu’elle offre. J’ai donc pu la tester sur des sessions de lecture sur tablette ou écran d’ordinateur, mais aussi pour des projets d’aquarelle sollicitant énormément les yeux. Je n’ai ressenti aucune gêne visuelle ou fatigue oculaire. Chose que j’ai pourtant régulièrement l’habitude d’avoir lorsque j’utilise d’autres lampes. À mon sens, cette lampe s’adresse à tous.

Prix et code de réduction

Il est actuellement à 189 € ce qui s’inscrit totalement dans les tarifs de ce type d’éclairage de haute qualité et possédant des matériaux choisis avec soin. Si vous voulez en savoir plus sur la marque et ce qu’elle propose voici le lien de leur site : https://www.benq.eu/fr-fr/lighting/e-reading-lamp/wit.html

Et pour vous un code de réduction de -10 € valable jusqu’au 11 avril 2020 : WiTPromofr

La vidéo sur la lampe Wit pour le test que j’en ai fait :

Le mot de la fin :

Voilà, j’espère que cette vidéo et cet article vous aurons apporté un éclairage nouveau sur ce qui se fait de bien en matière d’éclairage de bureau et qu’à l’avenir vous pourrez faire un choix avisé en la matière. Si vous avez aimé mon contenu, dites-le moi en partageant celui-ci. Encore un grand merci un la marque pour m’avoir permis de tester ce beau produit et de vous l’avoir offert en contenu.

Vivre avec une maladie incurable : la fibromyalgie

santé

Mes adorables Sweeties…

La vie nous mène là où nous nous y attendons le moins. Et pas toujours pour le mieux (encore que c’est discutable comme vous le verrez).

Je m’étais toujours dit qu’un jour, je trouverais le courage de vous parler de ma dyslexie. Pour rassurer toutes les personnes qui ont un enfant dont c’est le handicap. Le temps a passé et je ne l’ai pas fait. Après tout, je souhaitais ce blog comme un moment d’échanges réjouissants et le travail d’introspection que cela exigeait me semblait bien lourd à l’époque.

Mais ça, c’était avant ! Car à présent que je vous écris, ma dyslexie me semble insignifiante à la vue des épreuves que je vis quotidiennement, depuis plusieurs années déjà.

Ce n’est donc pas de dyslexie dont je vais vous parler mais de fibromyalgie. Attention, je vous dis tout à travers cet article témoignage.

Pourquoi en parler aujourd’hui :

Les raisons sont multiples. La première étant évidemment mon diagnostic qui a enfin été posé cet été après de nombreuses années de recherches. À vrai dire, si j’ai décidé de prendre la parole, ce n’est pas pour que l’on s’apitoie sur mon sort, car je le vis très bien. Mais j’espère qu’à travers mon témoignage personne n’aura à attendre aussi longtemps que moi pour obtenir un diagnostic. Et parce qu’à terme, je souhaite avoir fait suffisamment de chemin pour être capable de vous apporter des solutions et aider ceux qui en ont le besoin par mon témoignage. C’est aussi pour moi, acter le début de mon parcours en tant que malade reconnue afin de garder une trace de mon évolution à titre plus personnel.

Sachez aussi que c’est un choix difficile de vous parler de cela sur mon blog (ça fait des mois que je m’interroge), mais j’ai la conviction que quelque chose de bon ressortira de tout ceci.

J’espère aussi que vous aurez toute la bienveillance nécessaire pour accueillir mon message qui s’adresse : aux personnes éprouvant les mêmes difficultés que moi ; à celles qui ne sont pas encore diagnostiquées et qui s’interroge peut-être ; aux familles ; ami(e)s ; proches des malades ; et à toutes les autres qui y seront peut-être confrontées un jour ou qui sont suffisamment curieuses pour avoir envie de savoir.

Qu’est-ce que la fibromyalgie

Si l’on m’avait dit un jour que j’aurais un point commun avec Lady Gaga et Morgan Freeman, j’aurais espéré qu’il s’agisse de talent ou de notoriété. Le compte en banque peut-être ? LOL. Raté, c’est ce dont ils se seraient bien passés eux aussi.

Pour être plus sérieuse, il s’agit d’une maladie qui a longtemps été considérée comme un trouble musculo-articulaire et par la plupart des médecins comme un trouble psychosomatique. Fort heureusement, aujourd’hui, les patient(e)s sont bien moins pris à la légère. Et il n’est plus question de leur dire qu’ils sont des malades imaginaires.

La recherche avançant tout de même, surtout au Canada, on peut dire à présent que c’est une maladie qui fait « partie du domaine de la neurologie. Car tout découle à la base, d’un déséquilibre du système nerveux autonome et de la production des neurotransmetteurs cérébraux. Ce qui entraîne avant tout un dysfonctionnement dans le système de contrôle de la douleur ». Ma bible de la fibromyalgie Marie Borrel

  • Qui est concerné ?

Cette maladie touche tout le monde, mais principalement les femmes à 80% contre 20% d’homme (pauvre Morgan Freeman, tu n’as pas eu de bol) et 5% de la population. Si cette maladie est reconnue en France comme dans bien d’autres pays, elle n’y est malheureusement pas prise en charge. Du moins, pas pour ce qui pourrait réellement soulager les patients quant à la gestion de la douleur (sport, massage, thalasso, sophrologie, yoga, médiation etc…). Et parce qu’il n’existe aucun traitement, elle est considérée comme incurable. La bonne nouvelle, c’est qu’elle n’est pas mortelle ! (ouf !) Mais on va en baver.

En France, nous sommes dans les 3 millions à en être atteint. Mais évidemment, ces chiffres n’incluent pas ceux qui ne sont pas encore diagnostiqués. Aussi, quand on considère qu’il faut entre 5 et 7 ans en France pour être diagnostiqué, on peut facilement envisager qu’il y a un nombre bien plus effrayant encore de malades. Pour ce qui est des symptômes, ils sont très (trop) nombreux (environ 100) et ne sont pas les mêmes d’un fibromyalgique à l’autre. Toutefois, ce qui est commun, ce sont des douleurs très invalidantes, une fatigue chronique intense et des désordres digestifs (tellement pas glamour).

C’est une maladie qui n’est pas visible, comme bien d’autres (la sclérose en plaque, la maladie de crohn, la maladie de lyme...). Nous n’avons donc pas de plaies béantes. De ce fait, notre entourage peut vite oublier l’existence de notre maladie ou son bien-fondé, sans parvenir à imaginer l’épreuve quotidienne que peut représenter pour nous le simple fait de se lever et/ou de marcher. C’est d’ailleurs cette incompréhension et ce manque d’écoute, tant par le corps médical que par l’entourage, qui peuvent conduire certains à la dépression.

  • Où en est la recherche :

Cette année, de belles avancées ont été mises en lumière, notamment la présence de marqueur sanguin de la maladie. Ce qui constitue un tournant majeur et nous rapproche de la perspective d’un éventuel test de dépistage ( étude américaine publiée dans le Journal of biological chemistry). Enfin, il est question de la corrélation de la fibromyalgie avec la présence de certaines bactéries intestinales (selon une étude publiée dans la revue médicale Pain). La recherche avance !

Le point de bascule avant le diagnostique

ruban bleu fibromyalgie

  • La vie avant :

Quand je songe à qui j’étais avant la maladie, j’ai l’impression d’évoquer le souvenir d’une personne disparue. En effet, au temps de l’université, j’étais une jeune femme indépendante et très dynamique. Qui participait activement à de nombreux projets créatifs ou de bénévolat. Je faisais plusieurs petits boulots pour financer mes études et quoique très studieuse le jour, je n’ai pas honte de dire que j’avais même suffisamment d’énergie pour faire la fête le soir. Côté sport, je suivais des cours de danse et mes week-ends, quand ils n’étaient pas consacrés à la famille, aux projets créatifs ou aux ami(e)s, étaient l’occasion de belles randonnées. Je croquais la vie à pleines dents. Intensément.

  • Un glissement qui s’est fait progressivement :

Mais, peu à peu, des douleurs sont apparues… Au début, je ne m’étais pas trop formalisée sur la question, car j’avais un passé médicale plutôt peu sympathique (méningite, scoliose vrillée, hypoglycémie, allergies, dyslexie et j’en passe), faisant de moi une personne qu’on pourrait qualifier de « Fragile ». Malgré les douleurs, je suis aussi une personne qui à un moment en a eu assez des hôpitaux et des médecins et qui souhaitais que son passé médical soit derrière.

De fait, j’ai toujours minimisé mes souffrances et suis souvent restée muette sur certains symptômes pensant que ce n’était « rien ». J’attendais que les douleurs me terrassent avant d’envisager une rencontre chez un docteur. Et pendant des années, je ne me suis rendue chez eux que pour mon traitement contre mes nombreuses allergies. C’était probablement une erreur de ma part que de ne pas écouter ce corps qui criait. Pourtant, depuis 2011, les douleurs se précisaient. De-ci, de-là, à travers tout le corps, mais principalement localisées dans le dos, les épaules, les bras et les cervicales. Le tout saupoudré d’une fatigue intense et terrassante, donnant à mon corps des attraits de centenaire grabataire.

  • 2011, le début des recherches :

J’ai donc fini par capituler et aller consulter mon médecin de l’époque à de nombreuses reprises. Les choses évoluant, se fut de plus en plus terrible et ingérable. Dans un premier temps un « Burn out » avait été évoqué, parce qu’il est tellement facile de conclure à une dépression lorsque qu’un patient se sent incapable de se mouvoir. Mais pour moi, qui suis toujours positive et motivée, pleine de projets, cela ne pouvait être la raison de mon état. Non pas parce que j’étais dans le déni, mais parce que tous les à-côtés m’hurlaient le contraire.

De nature stressée, j’ai, au tout début, supposé que le stress et l’anxiété pouvaient participer de mes contractures et autres désordres.

J’ai donc très vite cherché à me comprendre, à éradiquer mes peurs et à m’ouvrir à mon environnement.

À travers toutes ces années, j’y suis, je pense, relativement bien parvenue grâce à une multitude de lectures en développement personnel, de la méditation et du yoga. Pourtant, la cause n’était vraisemblablement pas émotionnelle, car je continuais de souffrir. Et quand je vous dis souffrir, il faut savoir que malgré les nombreux protocoles que j’ai eu l’occasion de tester, il n’y a à ce jour aucun antidouleur qui fonctionne sur ma personne.

Autant dire que je vis intensément mes souffrances. C’est aussi la raison pour laquelle mes vidéos sont devenues de plus en plus rares, car je ne souhaite pas tricher avec vous. Je trouve que la douleur, tout comme la fatigue, se voient à l’image et la réalisation d’une vidéo, quelle qu’elle soit, demande du temps, de la préparation, un travail post-production… Bref, autant de choses qui sont très chronophages et qui sollicite beaucoup d’énergie.

Ma doctoresse de l’époque a alors beaucoup cherchée (analyse de sang, apnée du sommeil ne justifiant pas la fatigue permanente, radio, écho, dents de sagesse…). Pour finalement aboutir à la conclusion que la courbe de mes cervicales n’était pas bonne et peut-être l’origine de mes douleurs. La recherche c’est donc arrêtée là.

Dans un premier temps, les séances de kiné m’ont apaisé lorsqu’elles étaient alliées à une pratique quotidienne du yoga et de la méditation. J’ai d’ailleurs été une fois surprise de ne plus ressentir la moindre douleur (on parle alors de rémission). J’en étais toute décontenancée, car la douleur est une chose à laquelle on s’habitue et qui lorsqu’elle n’est plus là génère un très grand vide. Mais ce sentiment de guérison avec la perspective d’une vie normale, n’a pas duré.

S’en sont très vite mêlés de plus importants problèmes de sommeil. Et quand je dis important dites-vous bien que cette année, de janvier à début août 2019, je n’ai connu que 5 nuits sans me réveiller et encore dans des circonstances qui mettraient tout le monde KO (décès d’un proche et autres contrariétés familiale). Les insomnies, qui sont le fait de douleur me tenant en éveil, n’ont donc plus de secrets pour moi.

Conjointement au manque de sommeil, ma santé s’est dégradée à une vitesse folle. Les douleurs se sont propagées pour la première fois jusque dans les pieds. De nombreux autres symptômes ont fait leur apparition. Et là, forcée de constater que l’excuse des cervicales qui avaient été le mot de la fin, n’était que le début d’autre chose…

La délivrance : un mot sur mes maux

En vagabondant sur le net, je tombe par hasard sur un gros titre avec un mot parfaitement inconnu de ma personne : la fibromyalgie. Comme je suis curieuse (ce joli défaut), je m’empresse de le taper dans le moteur de recherche pour savoir de quoi il s’agit…

Et là, surprise ! En lisant un article sur le sujet, où y étaient listés tous les symptômes, je crois voir ma vie sous mes yeux. Un véritable choc. Tous les désordres de mon corps, même les plus petites choses insignifiantes et dont je ne m’étais jamais plainte, formaient d’un coup un tout cohérent sous la coupe de cette maladie. À la fin de cette lecture, j’étais très troublée. J’ai donc envoyé le lien, sans rien dire, à mon mari afin d’avoir son avis objectif.

Ce dernier a été suffisamment interpellé par ce qui était écrit pour que nous nous y intéressions de plus près. J’ai donc pris un rendez-vous avec mon nouveau médecin pour aborder le sujet. Au fond de moi, tout était déjà clair et finalement pour ce dernier tout est devenu évident.

Mais alors que je m’attendais à une aide et un soutien médical, j’avoue que d’entendre son médecin vous dire qu’il ne peut plus rien pour vous, vous met forcément face à une réalité des plus désagréable. Tout comme se dire que vous avez trouvé vous même et par « hasard »ce dont vous souffrez. Cela me semble fou car mon dossier médical tout entier claironne : « fibromyalgie ».

Tout c’est alors enchaîné avec des émotions en dents de scie, puisqu’à ce moment-là, mes douleurs s’étaient largement intensifiées.

En août 2019, suite à ce qui avait été ma plus grosse « crise », et après 29 jours interminable d’attente (le temps est tellement long quand on souffre), j’ai donc fini dans un Centre de la Douleur où l’on m’a fait encore de nombreux examens. Et puis, enfin, ce mot sur mes maux, jeté par téléphone…

Il y a d’abord eu un moment de soulagement parce que j’avais enfin un mot à mettre sur le calvaire que je vivais depuis toutes ces années. Puis, je me suis retrouvée là, obligée de constater que ce ne sera jamais derrière, mais toujours là, avec moi, devant.

Et au niveau des émotions en temps de crise, la fibromyalgie, ça donne quoi ?

fibromyalgia

Entre le manque de sommeil et les douleurs incessantes, les nerfs sont à vifs. Dans ces cas-là, on manque de filtres et de beaucoup de recul sur les choses. La moindre lumière, le moindre bruit devient torture et l’on revêt vite un caractère de dragon prêt à terrasser quiconque accentuera nos souffrances.

Je me souviens dans des moments où ça devenait insoutenable avoir même souhaité mourir juste pour que ça s’arrête. En arrivée à cette conclusion, pour la véritable passionnée de la vie que je suis, montre bien l’intensité de ce qui est vécu. Une seule chose en tête : « Je veux que la douleur cesse ».

Il faut savoir que ce ne sont pas des douleurs comme des déchirures musculaires, un coup sur la tête, une otite ou une migraine. À vrai dire, c’est même pire qu’une tendinite. C’est douleurs rendent dingue, car elles tapent vraiment sur le système nerveux par leur caractère lancinant (dans mon cas), de nuit comme de jour.

D’autant que les douleurs se déplacent et l’on ne sait jamais où elles vont se produire. Pour moi, je les assimile à de la torture et j’imagine très bien la scène en question que je pourrais décrire, mais dont je ne ferais rien pour les âmes sensibles qui lisent mes écrits.

Cette crise, m’a mise KO pendant près de 2 mois et demi au point d’être incapable de tenir debout plus de 5 minutes. Jusqu’alors, mes douleurs quotidiennes avaient toujours été plus ou moins supportables et mes crises bien plus courtes. Mais là, il était question de douleur quotidienne à 10 sur 10 sur l’échelle de la douleur. Mon activité cérébrale a elle aussi été très amoindrie puisque j’étais à ce moment-là dans l’incapacité de me concentrer ou même de penser. J’avais des pertes de mémoire importantes et il m’a fallu presque autant de temps pour récupérer toutes mes facultés.

En période de crise, niveau émotion, on se sent fortement diminué et frustré. On en veut à ce corps qui souffre et qui semble ne plus vouloir nous appartenir. On cherche désespérément le pourquoi du comment sans jamais en trouver la réponse.

Et puis on est privé de tout : de sommeil, d’activités, de moments agréables entre ami(e)s ou en famille. Puisque l’on ne peu pas les mener à bien, nos projets s’écroulent. On en vient à être dans l’incapacité de prendre soin de soi et l’on se retrouve à être obligée de choisir des vêtements mous, faciles à enfiler faute de parvenir à faire mieux. Pour dire, même enfiler un pantalon à élastique devient une épreuve de JO. On a des allures de zombie et la vie, celle qu’on aimait tant, devient alors un véritable Enfer. Notre corps une prison. La vie passe est l’on a l’impression de ne plus en faire partie.

Et pourtant la fibromyalgie a enrichie mon existence

Paradoxalement, ma longue lutte contre les symptômes m’a appris beaucoup sur moi, sur mes limites et sur les autres aussi :

Notamment que notre douleur nappartient qu’à nous et est difficilement comparable. On ne peut vraiment la comprendre que si on la vie, tout comme bien des choses d’ailleurs. C’est pourquoi je me focalise principalement sur les conseils des personnes qui ont traversés cette épreuve avant moi. Dans la mesure, où ces conseils ne sont pas intéressés par la vente de la solution proposée.

À vrai dire, je vois tellement de choses passées sur des solutions « miracles » pour guérir la fibromyalgie. Cela me fait doucement rire, car il y a vraiment des escrocs peu scrupuleux pour vous proposer des solutions bidons en exploitant les malheurs des gens. C’est vraiment minable. Et c’est comme partout. Je me souviens d’une escroquerie proposant des petites pilules magique vous promettant de perdre 20 kg en un mois. Soyons sérieux, si une telle chose existait personne ne se plaindrait de son poids ! Mon regard sur le Monde a changé en me rapprochant de sa réalité.

L’alimentation et le sport sont les deux seuls choses viables. D’ailleurs, elles sont aux cœurs d’un mieux-être pour les fibromyalgiques. Le sport, et surtout l’endorphine qu’il procure, correspond au seul antidouleur capable de me soulager. D’ailleurs j’en rigole beaucoup avec mes ami(e)s car finalement j’ai une maladie qui m’oblige à faire du sport et à bien manger : « Zut, je vais être obligée de devenir canon !!!! ». Ah ah ah, il vaut quand même mieux en rire.

Par ailleurs, certains éléments ou situations du quotidien ont bien moins d’importance soudainement. Mais mon temps lui, celui où je vais bien est très précieux et je ne le dispense aujourd’hui qu’avec les gens que j’aime. Je suis aussi bien moins exigeante envers les autres et surtout moi-même. Tout glisse sur moi, sans parvenir à m’atteindre. C’est à la fois tellement loin de ce que j’étais et en même temps tellement plus confortable. De ce fait, cette impression d’avoir « changé de personnalité » ou de « m’être perdue en chemin » me rend finalement plus heureuse qu’elle ne le devrait.

Durant 8 ans, la fibromyalgie m’a surtout poussé à rechercher plusieurs moyens d’améliorer ma situation. Et malgré moi d’enrichir mes connaissances personnelles. N’aimant pas faire les choses à moitié, j’ai obtenu certains diplômes et certifications comme : professeur de yoga, conseillère en feng shui, coach de vie, conseillé en phytothérapie. Actuellement, mon regard se porte sur la sophrologie.

La fibromyalgie, un mal pour un bien ?

Définitivement un bien !

J’ai la certitude que sans mes douleurs, je ne me serais pas intéressée à toutes ces disciplines. Elles ont enrichi ma vie en lui offrant plus d’ouverture et de compréhension sur le Monde mais aussi de merveilleuses rencontres. Elles m’ont offert l’opportunité de me dépasser et de surmonter mes peurs, tout en appréciant avec plus de saveur le Monde qui m’entoure.

Oui, c’est bien grâce à la fibromyalgie que j’ai cessé de vouloir « Devenir » pour enfin « Être ». Et c’est là le plus beau de tous les cadeaux.

Et après :

Dans l’état, j’attends encore beaucoup du centre antidouleurs parce que j’ai plus ou moins retrouver le sommeil grâce à lui. En janvier, je serais appareillée d’un TENS (électrostimulateur). Je pense essayer tout ce qu’il me sera encore possible d’essayer. La fibromyalgie se manifeste différemment d’une personne à l’autre. Il faut donc que je persévère pour parvenir à un mode de vie me permettant de composer avec elle. Car force est de constater, que c’est toute la manière dont s’articule ma vie qui va devoir changer. Et notamment, afin d’espacer les pics de douleur.

Aussi, je vais me laisser du temps, car la recherche de cet équilibre est particulièrement chronophage. Mon avenir professionnel est lui aussi en suspend tout comme la plupart de mes projets de vie.

Enfin, avec le recul et la mise en place de certaines choses dans mon rythme de vie, j’espère pouvoir revenir vers vous avec des solutions et de l’espoir. En attendant, je continu le yoga et la méditation, ainsi que la marche. Ce sont les meilleurs préventifs que j’ai trouvé mais qui n’ont plus la moindre efficacité en temps de crise. Je teste aussi beaucoup de choses et commence à avoir de bons résultats. Affaire à suivre donc…

En remerciant les plus courageux(ses) d’entre vous qui auront trouvé l’envi et le temps de me lire jusqu’au bout ;). J’espère que vous y avez trouvé un quelconque intérêt.

Inspiration Moodboard

moodboard

Crédit image : @school_online

Bonjour mes Sweeties !

Aujourd’hui, je vous parle d’inspiration et plus précisément d’une manière efficace de la structurer par le biais d’un outil précieux : le Moodboard.

Un Moodboard c’est quoi ?

L’inspiration est partout, mais dès lors qu’on tente de la saisir, elle nous échappe. C’est pourquoi l’usage d’un moodboard (qui veut dire « Conseil d’humeur » en anglais), aussi appelé « Planche tendances », est indispensable pour traduire l’histoire, l’émotion que l’on va chercher à conserver et à retranscrire.

On va donc collecter ces inspirations qui, sous la forme de textes, de mots, d’images, de photographies, de textiles, d’échantillons de matières, de couleurs, d’objets par exemple, vont être assemblés à la manière d’un collage. L’ensemble va recréer une ambiance, un univers.

Un Moodboard pourquoi ?

Une fois réalisé, le moodboard offre une vision claire et globale d’un projet qui va servir de véritable ligne directrice. C’est une manière efficace de raconter une histoire, de traduire une émotion ou l’essence même d’un projet à nos interlocuteurs. Il s’agit aussi d’un outil convainquant qui ouvre au dialogue et permet de définir la visée esthétique d’un projet. Mais aussi, de permettre au plus grand nombre de se l’approprier au premier coup d’œil.

Vous pouvez utiliser cet outil inspirant dans de nombreux domaines professionnels (écriture, web, design, stylisme, décoration, film, communication, jeux vidéo, image de marque, réseaux sociaux etc.). Je l’utilise moi-même dans mes projets d’architecture et de décoration d’intérieur. Mais sachez que vous pourrez en user également à titre personnel . Je pense notamment dans le cadre d’un développement personnel, car la réalisation d’un Vision Board (= tableau de visualisation) s’apparente fortement aux techniques utilisées pour réaliser un moodboard. De même pour créer un événement tel qu’un mariage, un anniversaire où tout autre projet, cet outil vous sera d’une aide précieuse.

Un Moodboard comment ?

moodboard exemple

Crédit image : @school_online

Si vous voulez vous lancer dans la réalisation d’un moodboard, vous trouverez sur le site mom.maison, une multitude de visuels capables de vous inspirer. Objets, textures, matériaux…Vous avez un choix fou.

Vous avez aussi de beaux exemples de moodboard sur Pinterest, qui est un site absolument incontournable.

A noter que la conception d’un tableau d’inspiration est un art subtil, où l’on va devoir faire une analyse, une recherche de mots, d’idées et d’inspirations en vue de concevoir par la synthèse de toutes les informations ainsi récoltées, cette planche tendance. C’est toute une méthodologie, un processus qui nécessite d’exercer sa petite part créative.

Pour aller plus loin :

Vous pouvez faire une formation capable de valoriser votre savoir-faire tout comme votre CV, en misant sur une formation en ligne.

J’ai moi-même l’habitude d’enrichir mes connaissances personnelles ou professionnelles grâce aux formations en ligne qui présentent, à mon sens, de nombreux avantages : coût très accessible ; qualité du contenu ; pas besoin de se déplacer, je choisis le moment et le lieu où je veux étudier sans même avoir besoin de me déplacer ; les vidéos peuvent être lues sur bien des supports, etc.

Pour en avoir testé bon nombre, je vous recommande celle du site schoolonlineuniversity.com qui propose une « Formation Conception d’un Moodboard » de qualité en la matière. Vous y trouverez toutes les astuces et techniques vous permettant de réaliser des moodboards d’un professionnalisme envoûtant.

Par ailleurs, renseignez-vous auprès de Pôle Emploi qui, dans certains cas, peut prendre en charge votre formation. Pour les autres, sachez qu’au moment où j’écris ce post, vous pouvez cumuler 9% sur Igraal et le site en question offre une très belle remise.

Le mot de la fin :

En espérant avoir éveillé votre esprit créatif et vous avoir donné envie d’expérimenter la merveilleuse technique du moodboard. Une manière formidable, à mon sens, de mettre en forme votre inspiration. De lui donner vie en la canalisant d’une manière inédite et percutante.

Le béton ciré dans la cuisine

cuisine béton ciré

Image : La maison Saint Gobain

Bonjour mes Sweeties,

Ne vous êtes-vous jamais interrogés sur la présence d’un béton ciré dans votre cuisine ? Et bien moi oui !

Ayant toujours la tête dans des projets de rénovations, que ce soit pour mes clients ou pour mon propre logement, j’avoue que comme bon nombre de personne ce matériau me séduit et me questionne. Aussi, voici un petit tour d’horizon traitant de ce revêtement avec les pour et les contre, dans la suite de l’article.

Le béton ciré dans la cuisine : Avantages et Inconvénients

À base d’ingrédients d’origine minérale, le béton ciré est un mortier fin qui correspond à un mélange de ciment et de sable. Des pigments naturels lui donnent sa couleur finale. De fait, c’est un revêtement sain et écologique.

Le béton ciré a, à mon sens, toute sa place en cuisine ou en salle-de-bains puisqu’il va répondre positivement aux exigences de telles pièces. De plus, il s’inscrit favorablement dans tous styles de décoration grâce aux différentes finitions, textures ou couleurs qu’il propose. Il permet aussi de rénover des pièces à moindre coût, car l’on pourra l’appliquer sur un sol déjà en place.

Les avantages du béton ciré :

  • Résistant à l’usure et aux rayures.
  • Un traitement hydrofuge et oléofuge va le protéger de l’eau et des taches de graisse.
  • Sain et écologique par sa composition d’origine minérale.
  • Bonne résistance au rayon UV.
  • Permet d’homogénéiser un sol.
  • Peu s’appliquer dans les pièces humides.
  • Il va agrandir l’espace en évitant toute rupture visuelle grâce à son absence de joint.
  • Son absence de joint va aussi faciliter son entretien et le rendre moins salissant qu’un carrelage classique.
  • S’applique sur du carrelage dans le cas d’une rénovation.
  • Il capte la chaleur.
  • S’applique aussi bien à la verticale qu’à l’horizontale (murs, plan de travail, une crédence, sol).
  • Peut s’appliquer sur un évier (avec une bonne préparation en amont).
  • Résistance au trafic.
  • Adhérence à de nombreux supports (bois, carrelage, murs…).
  • Seulement quelques millimètres de cette texture vont permettre un recouvrement.
  • Se décline dans un large choix de couleurs (pigments naturels) et de finitions (satiné, mat ou brillant) mais aussi de textures (motifs, incrustations…).

Les inconvénients du béton ciré :

  • Le béton ciré à la chaux aura besoin d’être ciré régulièrement notamment dans le cas d’un plan de travail. Cette zone qui est fortement sollicitée, se doit d’avoir une imperméabilité optimale.
  • Au sol, on renforcera régulièrement sa protection à l’aide d’un vernis protecteur polyuréthane.
  • Dans le cas d’un plan de travail en béton ciré, ne coupez pas vos aliments à même le plan afin de ne pas lui laisser de vilaines marques. De  même, faites attention de ne pas poser de plat sortant directement du four, car le béton ciré est sensible à la chaleur.

Pour plus de précisions sur le béton ciré dans la cuisine, ou dans le cas d’une estimation gratuite de vos travaux, je vous invite à visiter le site de La maison Saint-Gobain. N’hésitez pas à vagabonder sur les autres pages de ce site qui fourmille d’idées et d’informations pour toute votre maison :

<a href="https://www.lamaisonsaintgobain.fr/cuisines/conseils/decorer-sa-cuisine/une-cuisine-en-beton-cire">le béton ciré dans la cuisine</a>

Mise en œuvre du béton ciré :

Vous pouvez faire appel à un professionnel qui aura le savoir-faire nécessaire. Ou, si vous vous en sentez capable et avez les connaissances requise, réaliser vous-même votre béton ciré à l’aide de kit prêt à l’emploi. Toutefois, cette dernière option nécessite l’usage de quelques outils (platoir, taloche, rouleaux, pinceaux, brosses, malaxeur, spatules, truelle etc…) et d’une certaine minutie, au risque de le voir se fissurer.

Conseil :

Au sol, préférez un béton plus texturé afin d’éviter tout glissement.

Le mot de la fin :

J’espère que cet article vous aura permis d’envisager ce revêtement tout en vous apportant une petite vue d’ensemble de celui-ci. Belle journée à vous mes Sweeties adorés.

J’ai testé la box « Mon petit coin vert »

Box mon petit coin vert apprenons à jardiner ensemble par home sweet ambreBonjour mes Sweeties,

Aujourd’hui, je viens vous parler de la box « Mon petit coin vert », qui a piqué ma curiosité parce qu’elle arbore une démarche de sensibilisation à la nature et plus particulièrement la nature que nous consommons. Deux choses chères à mon cœur et qui méritent d’être évoquées.

En effet, depuis quelques années, mon mari et moi avons un jardin potager et cette activité est une véritable source de détente, mais aussi de bien-être.

Quoi de plus incroyable que de voir une graine germée pour devenir de beaux légumes dans votre assiette ? L’alimentation tient une place importante dans notre vie. C’est pourquoi, nous veillons à surveiller la qualité de ce que nous ingurgitons.

Avoir un potager s’est donc imposé à nous comme une évidence. De cette manière, nous avons la certitude qu’il n’y a là aucun pesticide. D’ailleurs, cette année, nous avons finalisé notre potager en permaculture et avons été plus ambitieux sur les quantités que pour les années précédentes, car nous aimons aussi l’idée de pouvoir partager à notre entourage une partie de nos plans ou de notre récolte et ainsi de veiller aussi à la bonne alimentation des gens que nous aimons.

C’est pourquoi, la box « Mon petit coin vert » a éveillé mon intérêt parce qu’elle s’inscrit dans une démarche dont je me sens proche. De plus, j’ai trouvé que l’initiative était belle et cohérente, à toutes les étapes de la production, comme vous allez pouvoir le découvrir.

Réception de la box « Mon petit coin vert » et découverte du contenu :

contenu box mon petit coin vert par home sweet ambre

Reçu dans une lettre kraft, cette box fabriquée en France et toute droit venue de Lille (Bonjour à mes ami(e)s Lillois(e)s ;) ) présente un format plus petit, mais aussi plus pratique que les box traditionnelles (beauty box, lifestyle box ou encore les box gourmandes par exemple, qui sont très volumineuses). Ce qui présente un intérêt puisqu’elle rentre dans la boîte aux lettres de la même manière qu’une lettre. Inutile donc, d’aller au bureau de poste si je ne suis pas là au moment de sa réception.

À l’intérieur de l’enveloppe, se retrouve une boîte en carton dont le dos est optimisé afin d’être récupéré sous la forme de jolies étiquettes à découper. Cette idée forte m’a totalement convaincu. Voir ci-dessous :

dos de la box mon petit coin vert avec idée récup

J’ai donc reçu la box « Apprenons à jardiner ensemble » qui s’inscrit dans le cadre d’un abonnement mensuel à raison de 12€90 par mois (hors frais de port qui sont de 1€90).

Votre profil est alors étudié en fonction du lieu où vous souhaitez réaliser vos plantations (balcon, jardin, intérieur…), de l’exposition. La boutique propose d’autres box sans abonnement qui feront le bonheur de tous (les légumes insolites ont l’air incroyables !!! Maïs popcorn noir, absinthe, mini-concombre etc..). Vous pouvez également faire d’autres acquisitions sans être abonné, comme des graines, de l’engrais ou autre. Et parce qu’ils sont généreux chez « Mon petit coin vert », vous aurez le droit à 3 sachets de graines pour tout achat à hauteur de 49€ et de belles réductions sur l’ensemble de la boutique en tant qu’abonné. Voici le lien du site :

https://www.monpetitcoinvert.com/boutique

Le contenu :
  • Un petit râteau
  • Deux sachets de graines
  • Des pastilles de coco pour les semis
  • Une gazette du jardinier
Premières impressions :

la gazette du jardinier - home sweet ambre

  • Le râteau :

Comme une vraie gamine, j’ai été tout fait enthousiasmée par la présence d’un petit outil : le râteau. Sa version mini m’a littéralement fait fondre. Pourtant, loin d’être un objet pour enfant, il s’avère rudement pratique dans les zones que l’on peut difficilement atteindre. De plus, il est très qualitatif avec son manche en bois et ses dents métalliques.

  • Les graines :

Évidemment, on retrouve deux sachets de graines bio contenant une vingtaine de graines par paquet. Pour ma part, j’ai reçu l’aubergine Rosa Bianca, qui est une vraie surprise puisque je ne la connais absolument pas, et la tomate Cuor di bue (cœur de bœuf) qui est de loin l’une de mes préférées et un véritable souvenir des potagers de mon enfance.

Par ailleurs, ces graines ont le mérite incomparable, à mon sens, d’être reproductibles. Fini les graines hybrides F1 que l’on trouve dans le commerce et qui, parce que non reproductible, vous amène à en racheter tout les ans. Avec les graines bio « Mon petit coin vert » vous pourrez conserver les graines de vos récoltes et si vous vous débrouillez bien, n’aurez plus jamais à en racheter. Et ça, c’est vraiment top !

  • Les pastilles de coco :

Dans ce paquet, était aussi présent un petit pochon avec 6 galets de pousse. La qualité du pochon, subtilement doublé en intissé, a également attiré mon attention. D’emblée, on se rend bien compte du soin particulier qui a été apporté à la constitution de cette box. Ces petites pastilles s’avèrent bien pratique et fort ludique lorsque l’eau les gonfle à vue d’œil (voir plus bas).

  • La gazette du jardinier :

Enfin, se trouve présent dans le colis, et pas des moindres, une gazette du jardinier. Le thème est la Dolce Vita. Ce qui colle parfaitement à la sélection des graines, car quoi de plus italien que la tomate et l’aubergine ?

Je trouve cette gazette intéressante et riche d’enseignements (jardon expliqué, questions/réponses, tutoriel, astuces…). En effet, elle contient des informations précieuses quant à la culture des graines qui vous ont été confiées. La clarté et la simplicité des explications et idéale pour rendre cette pratique a la fois accessible et amusante.

De plus, il ne s’agit pas de n’importe quels conseils. Ce sont ceux d’un professeur d’horticulture, Jean-Jacques, que l’on peut aussi voir sur la chaîne de télévision Tébéo dans « Des idées pleins la Terre ». On retrouve aussi un petit mot sur l’équipe qui rend franchement sympathique cette entreprise et nous plonge dans l’univers qui est le sien. 

Enfin, j’ai adoré retrouvé dans cette gazette, des recettes de cuisine italienne, élaborées sur la base des récoltes censées être obtenues avec cette box. Preuve d’une cohérence totale jusque dans l’assiette. J’adore !

Pour résumer :

En résumé, cette box m’a totalement enthousiasmée et je ne lui trouve pas le moindre point négatif. Elle est bien faite, bien pensée et de qualité. C’est un beau cadeau à offrir à quelqu’un qui souhaiterait se lancer et qui aurait besoin de conseils clairs et avisés. D’autant qu’une interaction est possible puisque nous pouvons poser des questions. La réussite est aussi garantie avec leur service après vente, si je puis dire, « Récolté ou échangé ».

Je teste la box en réalisant mes semis

test mon petit coin vert par home sweet ambreMon potager étant déjà bien fournit, j’ai donc réalisé seulement quelques semis grâce aux pastilles de coco. Facile, il vous suffit de mettre trois graines sur votre pastille et de l’humidifier. Celle-ci va gonfler, ce qui rend très ludique cette étape. Au bout de quelques jours, les petites pousses sont déjà visibles.

Pour le moment, je peux vous dire que je n’ai plus qu’un seul plan de tomate, mais qu’il est beau et vigoureux 😀 . Et oui, la météo est à incriminée car malheureusement, je vis dans la région qui a connu les épisodes de grêle et de pluie forte. De ce fait, j’ai perdu deux pieds de tomates qui n’étaient alors que de jeunes pousses fragiles.

Quant à mes pouces d’aubergine, à peine sorties de terre, elles ont été dévorées par un escargot sans scrupule. Maintenant, je mise tout sur mon très beau pied de tomate dont je ferais un suivi vidéo de son évolution jusque dans l’assiette avec la préparation d’un des plats proposés par la gazette. Restez donc attentif à sa parution qui devrait probablement intervenir début octobre, avec la récolte ;-).

Mise à jour au 28 octobre 2019 de l’article :

Des travailleurs en situation de handicap :

En achetant une box « Mon petit coin vert », vous ferez vivre une entreprise française et ferez travailler des personnes en situation de handicap mental via l’association Esat « Les papillons blancs ». Du stockage, jusqu’à l’envoi en passant par la constitution des box, c’est eux qui gèrent cela. Et comme vous l’avez vu, j’ai été suffisamment épatée par le soin accordé à cette box pour vous dire qu’ils font un superbe travail. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi ce genre de chose compte énormément et je trouve que cette belle initiative en dit long sur les valeurs de la marque « Mon petit coin vert ».  Bravo !

Bilan

L’étape des semis a toujours été désastreuse pour moi. D’ailleurs mon mari, plus habille en la matière, est le préposé officiel de la maisonnée pour ce type d’action. Mais maintenant que je regarde avec joie mon joli plan de tomate, j’avoue ressentir une petite fierté. Je me dis : « J’ai enfin réussi et en plus, c’était facile ». L’expérience m’ayant réconciliée avec ma capacité à semer, l’an prochain, c’est sûre, je réitère !

Et finalement, tout comme moi, vous ne pourrez plus jamais dire que vous n’avez pas la main verte. Votre petit coin vert se transformera alors en véritable coin de paradis 😉 .

 

Illustratrice pour Ley Ette

Illustratrice - illustration aquarelle par Home Sweet Ambre pour Ley Ette - image du siteBonjour mes Sweeties,

Je suis tellement heureuse de pouvoir enfin vous faire cette révélation qui me tient tellement à cœur et que j’ai dû cacher pendant près de 3 mois. Non, il ne s’agit pas de l’arrivée d’un bébé. Encore que vous verrez ;). Mais cet article va bel et bien parler de bébés, alors je me lance :

Si vous avez plus de 30 ans, vous vous souvenez peut-être de ces fameuses boîtes, souvent remisées dans un grenier, garnies de beaux vêtements pour bébés. Conçus à la main et probablement avec amour, ces vêtements, incomparables à tout autre, étaient conservés par les familles. Mieux, ils étaient transmis au fil des générations tant leur qualité de confection leur permettait de durer dans le temps. Mais aujourd’hui, vous direz-vous, des vêtements comme cela on en fait plus !

C’est justement pour ça qu’il faut absolument que je vous parle de ma copine Ley Ette, qui justement à créer en 2017 une boutique de beaux vêtements à l’ancienne, rien que pour vos bébés. Et depuis peu, elle m’a entraîné dans ce monde d’enchantement qui est le sien.

Mais qui est Ley Ette ?

Confection Ley Ette, vêtements pour bébés

Celle que nous appellerons Ley Ette, car elle est aussi discrète que talentueuse, est une jeune femme besogneuse qui œuvre sans relâche au perfectionnement de ces jolis modèles. Elle crée de superbes barboteuses pour les enfants de 3 mois à 3 ans, en associant bon goût et savoir-faire. Ces finitions sont impeccables, et dignes des plus grandes maisons de luxe.

Ce qui est amusant, c’est que j’ai d’abord rencontré le travail de Ley Ette avant de la rencontrer elle.  Il s’agissait d’un joli protège carnet de santé qu’une amie avait laissé sur un meuble. Son aspect m’a instantanément interpelé et évidemment je suis tombée en extase. Et ça, voyez-vous, c’est l’effet Ley Ette.

Finalement, ce n’est que bien plus tard, sans faire immédiatement le rapprochement, que j’ai rencontré Ley Ette. Celle-ci, était ma voisine de marché de Noël (celui dont je vous ai parlé sur mes divers réseaux sociaux). Et là, moi qui ne suis véritablement pas du genre à tomber dans une forme de béatitude devant des articles pour bébés, je me suis vue, pour la première fois de ma vie complétement subjuguée par tant de talent. Au-delà de l’énorme claque que l’on prend face à tant de « grandiose », Ley Ette est une personne absolument attachante. Je suis totalement fan de cette femme qui, avec trois enfants, a réussi à relever le défi de concrétiser son rêve, celui de la vraie, de la belle création de vêtements pour bébés.

Confection Ley Ette, vêtements pour bébés

Nous avons donc sympathisé. Le temps passe et un jour Ley Ette s’en vient frapper à ma porte.  Elle me parler alors de son concept inédit et me proposer de faire partie de cette merveilleuse aventure en illustrant pour elle, les « Bébés Ley Ette ».

Le jour où je suis devenue illustratrice pour le nouveau concept de Ley Ette

Wouahou, je n’en revenais tout simplement pas et j’étais totalement surexcitée par ce projet et le suis encore, car comme vous le verrez, l’aventure ne s’arrête pas là. 

Et dire que, j’avais laissé tellement loin derrière moi mes études d’arts pour me consacrer à mon activité d’architecte d’intérieur. Les dessins d’intérieur sont bien moins récréatifs et avaient finis par me faire croire qu’une dimension plus artistique de mon travail ne serait plus jamais devant, mais bel et bien derrière moi. 

Ce fut là, une véritable révélation !

  • Le concept :

Son concept est tout simple et génial à la fois. En seulement quelques cliques sur le site :

https://www.leyette.fr

vous pourrez choisir chaque mois une des trois valisettes contenant un certain nombre de vêtements et de goodies fait-main. Il ne vous restera alors qu’à renseigner l’âge de votre enfant, son prénom (pour les cadeaux personnalisés) et s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille. Vous recevrez alors un joli paquet surprise que vous pourrez ou non transformer en abonnement. De quoi gâter votre bébé avec des vêtements de qualités dont les textiles ont été choisis avec soin pour s’harmoniser avec sa peau toute douce.

  • Mes illustrations :

Je vous disais un peu plus haut que l’aventure ne s’arrêtait pas là, puisqu’en effet, vous pourrez retrouver chaque mois, l’une de mes aquarelles dans les valisettes « Ley Ette« . Celle-ci, sous la forme d’une carte, mettra systématiquement en scène des enfants revêtus des vêtements qui seront présents dans la valisette du mois suivant. Mini spoiler des plus sympathique qui vous permettra de créer une petite déco dans la chambre de bébé ou plus simplement d’écrire un mot.

Illustratrice pour Ley Ette, par Home Sweet Ambre

Illustratrice pour Ley Ette, par Home Sweet Ambre

Le mot de la fin :

Si vous avez une naissance à venir, un baptême, un shooting photo avec votre enfant, c’est « LE » cadeau idéal et original qu’il vous faut. D’autant que vous aurez la satisfaction de faire travailler une entreprise française et surtout une jeune femme totalement méritante.

Je vous invite donc à faire comme moi et à partager au plus grand nombre, parce que dans la vie il y a des personnes qui gagnent vraiment à être connue et Ley Ette en fait partie – message du coeur.